Le Conseil d’Administration du SNCAO-GA s’est réuni le mardi 16 février 2021 en visioconférence.

Etaient présents : Jean Nowicki (Président), Pierre Bosche (Vice-Président), Bertrand Lecat (Vice-Président), Rémi Machard (Secrétaire Général), Lydia Quint (Secrétaire Générale Adjointe), Bernard Rouflay (Trésorier Général), Jérôme Henry (Trésorier Général Adjoint), Christophe Berteaux (Conseiller du Président) et les conseillers : Alain Benedick, Susan Johnson-Rivière, Isabelle Lacampagne, Philippe Méthiaz, Geoffray Riondet.

Les administrateurs se sont retrouvés en visioconférence pour cette nouvelle réunion du Conseil. Après avoir été accueillis par le Président Jean Nowicki, ils ont examiné successivement les différents sujets inscrits à l’ordre du jour en commençant par l’actualité récente relative au commerce de l’ivoire. En effet, la Commission Européenne envisage d’apporter de nouvelles restrictions au commerce de l’ivoire dont la réglementation ne cesse d’être de plus en plus contraignante depuis plusieurs années. Déjà, en 2016, l’arrêté du Ministère de l’Environnement du 16 août relatif à l’interdiction du commerce de l’ivoire d’éléphants et de la corne de rhinocéros sur le territoire national avait mobilisé l’ensemble des organisations professionnelles du marché de l’art qui avaient obtenu un arrêté modificatif en date du 4 mai 2017. La Commission Européenne souhaite aujourd’hui une suspension de toutes les importations et exportations commerciales vers et hors de l’Union Européenne (à l’exception des instruments de musique). En ce qui concerne le commerce intérieur européen, il n’y aurait plus d’exemption pour les objets en ivoire antérieurs à 1947, ce qui signifie que tous les objets contenant une quantité quelconque d’ivoire nécessiteront un certificat commercial administratif. Un courrier a été préparé par le Conseil National du Marché de l’Art afin d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de les mobiliser sur le sujet.

Il appartient au Syndicat de faciliter par tous les moyens appropriés l’exercice de l’activité commerciale de ses adhérents, que ce soit en leur permettant de participer à des manifestations syndicales dans les meilleures conditions possibles ou de développer leur présence sur internet. Des projets de Salons sur Paris sont actuellement à l’étude tandis que nous avons reçu une proposition de partenariat de la part du site internet Antikeo. Concomitamment à ces démarches, il est indispensable que le Syndicat accentue la valorisation de l’image de la profession à travers notamment son site internet qui devra être actualisé et modernisé, ainsi qu’au moyen des réseaux sociaux. La communication numérique en direction des adhérents sera également développée en complément du Bulletin classique papier.

Après la lecture du courrier, le Conseil d’Administration a été amené à prendre des sanctions à l’égard de deux exposants de la Foire de Chatou qui avaient été convoqués au Syndicat suite à leur participation à l’édition de Septembre 2020. Leur exclusion de la Foire et du Syndicat a été prononcée, les marchandises qu’ils avaient présentées n’étant pas conformes à la déontologie de la profession d’une façon générale et au Règlement intérieur de la Foire de Chatou en particulier (voir texte ci-dessous).

La prochaine édition, qui sera la 101e, se tiendra du vendredi 24 septembre au dimanche 3 octobre 2021 (journée professionnelle le jeudi 23 septembre).

Un point a été fait sur le Prêt Garanti par l’Etat qui a été souscrit par le Syndicat l’année dernière suite à l’annulation de la Foire de Chatou de mars 2020, ainsi que sur la Structure Nationale, plusieurs appels à candidatures étant en cours pour des postes de Présidents départementaux.

 

FOIRE DE CHATOU

 Le Conseil d’Administration a été amené à se prononcer sur le sort de deux exposants de la Foire de Chatou qui n’avaient pas pleinement respecté le Règlement intérieur de la Foire lors de la dernière édition. Le Conseil d’Administration a été contraint de prononcer leur exclusion de la Foire et du Syndicat. Le respect du Règlement intérieur de la Foire par les exposants est indispensable pour le bon déroulement de la manifestation. Aux termes de ce Règlement intérieur, « l’objet doit être vendu pour ce qu’il est, toutefois les marchandises neuves et copies de toutes catégories sont formellement interdites quelle que soit leur origine d’acquisition, de même que tous les meubles ou objets dont une modification récente en aurait transformé la conception initiale » (art. 14).

Partager :