Si notre statut de commerçant indépendant nous singularise, c’est bien à travers ce qui nous confond et nous différencie à la fois, et probablement aussi avec ce qui nous complète en englobant nos trois grandes orientations professionnelles :

  • d’antiquaires,
  • de brocanteurs,
  • de galeries d’art.

 

Nous nous définissons alors comme acteurs du marché de l’art, toutes spécialités et tous niveaux confondus.

Le SNCAO-GA a vocation, même s’il n’est pas le seul, à s’exprimer au nom de notre profession, certes complexe dans sa diversité mais irrésistiblement attirante et séduisante. Même si chaque acteur est quasi uniformément installé avec une regrettable constance… dans un individualisme bien dommageable.

En raison de son caractère inévitablement centralisateur, notre Assemblée Générale délivre très largement et en direct son message à l’ensemble des régions représenté ce soir avec la présence de nombreux Présidents Départementaux ou instances régionales. Chacun contribue dans son environnement et à sa manière à consolider cette trame syndicale au bénéfice de l’ensemble. Toutefois, la dispersion géographique ainsi que les contraintes professionnelles ont souvent raison du désir de participer de bien des adhérents.

Le bilan qui vous est proposé au cours de notre Assemblée Générale ne vous convie pas à une observation passive de nos actions mais tient à vous convaincre de la détermination exprimée par vos représentants en face d’interlocuteurs à l’écoute vagabonde et au soutien parfois chancelant, sur des sujets importants. Les réponses apportées et les décisions prises sont souvent source de préoccupation pour beaucoup d’entre vous dans le contexte commercial actuel très difficile.

C’est au nom d’une naturelle exigence de respectabilité que nous avons demandé au journal Le Monde, par l’intermédiaire de notre service juridique, d’effacer de leurs articles (bloggés ou non) les insultes à l’encontre des antiquaires et brocanteurs. Une procédure civile en dénigrement est en cours… L’affaire est à suivre.

C’est au nom de la solidarité professionnelle que le SNCAO-GA souhaite apporter son soutien aux responsables des marchés de Saint-Ouen, alors que la municipalité réduit contre toute logique l’espace commercial au profit de constructions à risque social.

C’est au nom de notre engagement constant auprès des différents corps de l’Etat que nous avons adressé dans le cadre de l’élection suprême une lettre ouverte aux candidats à la Présidence. Cette lettre veut être plus qu’un marqueur de ce que nous représentons. Elle a pour but de sensibiliser l’heureux élu du 6 mai sur un certain nombre de dossiers majeurs tels que : I.S.F., les contrefaçons, le paracommercialisme, la fiscalité de notre marché.

Puis c’est au nom de l’intérêt supérieur de notre instance que le Conseil d’Administration a décidé l’exclusion de l’un d’entre nous dont les méthodes de fonctionnement étaient fondées sur la discorde, afin de créer des problèmes pour mieux s’en nourrir. Puis, nous nous heurtions sur ce point à l’incompréhension grandissante de nos adhérents. Nombre d’entre eux nous pressaient afin de redonner à notre instance nationale son sens initial fait d’éthique et d’efficacité.

Mais comme vous le constatez, mes amis, les élections et nos nouveaux élus sont là pour en attester, la vie syndicale se poursuit.

Le SNCAO-GA et son Conseil d’Administration continueront d’être, et selon votre souhait, vos représentants attentifs et responsables.

Je vous remercie, Mesdames et Messieurs, de votre aimable attention.

A bientôt.

 

Michel GOMEZ

Président du SNCAO-GA

 

 

Cet éditorial contient des extraits du discours prononcé par M. Gomez lors de l’Assemblée Générale du 3 avril 2012.

Partager :