img5

Les projecteurs aveuglément insensibles demeurent obstinément braqués sur les ventes records, ils laissent dans l’ombre le très diversifié marché de l’art, alors que l’esquisse d’un léger saupoudrage médiatique pourrait s’avérer au moins aussi profitable car il s’adresserait à un bien plus large public.

Records hors de portée, haut de gamme inaccessible, réservés à une élite fortunée : voilà tout ce qui, en réalité, peut donner à penser que seule l’information sur fond de culture business permet de maintenir en alerte la curiosité et l’intérêt de ce que la planète compte de moins partageur.

Il s’agit d’un effet de loupe qui tend à laisser penser que le marché de l’art est composé essentiellement de quelques bons « coups de marteau ».

Il s’agit d’une réalité frico-mondaine qui en masque une autre tellement plus répandue et visible au point d’en être palpable.

Cette autre réalité est constituée de milliers d’antiquaires, de galeristes et de brocanteurs.

Ceux que les circonstances nous conduisent à croiser au hasard des rencontres, des foires ou des salons.

Ceux qui constituent une mouvance intense, au sein de laquelle le regard du visiteur devient plus avisé.

Ils sont aussi, dans le même temps, ces marchands qui gèrent leur TPE au rythme des contraintes quotidiennes représentées par les charges administratives et la fiscalité de leur entreprise. Ils font partie de cette frange de contribuables qui ne délocalisent pas.

Est-ce que la surmédiatisation dont bénéficie l’élite ciblée, repue, gavée de réussites et de richesses, n’affiche pas un caractère superfétatoire alors que l’ensemble de notre marché présente un inépuisable vivier de savoir et de relayeurs de création et que les acteurs, marchands et collectionneurs, affichent comme richesse : leur diversité dans la connaissance.

Ils sont des passeurs qui ne demandent qu’à communiquer sur l’objet de leur passion.

******

Mes cher(es) Collègues, votre instance représentative, le SNCAO-GA, est comme chaque année, statutairement tenue de redéfinir sa structure administrative.

Si des candidatures éminemment respectueuses de l’éthique syndicale souhaitent se présenter, nous serons heureux de les accueillir.

******

Votre Conseil d’Administration, l’ensemble de notre staff technique et administratif et moi-même, vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année.

A bientôt,

 

Michel GOMEZ,

Président du SNCAO-GA

 

Partager :