Décembre 2006 – Marché de l’art : Évolution

Au début des années 2000, la commission des finances du Sénat s’était interrogée sur les causes du déclin du marché de l’art en France.

Un état des lieux statistique et psychologique nous conduit à constater la grande différence « morale » entre le marché de l’art ancien plutôt confiant à la fin des années 90 et celui de l’art contemporain et la situation actuelle qui s’est totalement inversée.

Novembre 2006 – La voie de la sagesse

Notre activité d’antiquaires, brocanteurs et galeristes se nourrit de l’intérêt qu’on lui porte et des passions qu’elle suscite. Elle doit tracer sa voie parmi les dérèglements qui fréquemment ont altéré son bon déroulement, et perturbent la sérénité de ses différents acteurs.

Il n’est donc pas surprenant qu’au regard de cette situation instable de vives réactions s’expriment, des consciences s’indiquent et des esprits s’enflamment.

Octobre 2006 – L’Administration et nous

Dans le cadre du Ministère de la Culture, une étude destinée à une amélioration des données concernant une meilleure connaissance statistique du marché de l’art a été conduite au cours de ces derniers mois.

Ses objectifs devraient fournir à chaque acteur une meilleure connaissance du marché de l’art liée à l’activité et aux objectifs de chacun.

Août – Septembre 2006 – La Communication

Difficile aujourd’hui de gérer nos petites entreprises dans la confidentialité.

Notre champ d’investigation et notre rayon d’action s’étendent bien au-delà de notre environnement local.

Nos rencontres et nos contacts se multiplient et se diversifient. Ils doivent être réfléchis, mais ne pas s’en remettre au hasard, car le hasard est un jeu de circonstance dont l’enchaînement échappe à notre raison.

Juin – Juillet 2006 – L’exception française

Notre propension naturelle et bien française qui consiste à affirmer que nous sommes les meilleurs acteurs du marché de l’art européen voire mondial, est devenu un leurre.

Sauf si l’on regarde nostalgiquement vers le début des années 60, ou avec 53% de parts de marché nos réserves considérées comme les plus importantes étaient les plus convoitées.

Mai 2006 – Le rôle du SNCAO

Extrait du discours prononcé par Le Président Michel Gomez au cours de l’Assemblée Générale du SNCAO le 11 avril à Paris en présence :

Du député Jean LEMIERE (Chargé de Mission du Gouvernement), de Franck SUPPLISSON (Conseiller du Ministre Renaud DUTREIL) et de nombreux autres invités.

Quelle image et quel rôle se façonne le SNCAO pour les années à venir?

Avril 2006 – Une bonne observation

L’Observatoire est une plate-forme de rencontres mensuelles qui se tiennent au Ministère de la Culture en présence des acteurs du marché de l’art (dont le SNCAO) et des représentants des institutions.

Parmi ces derniers, siège l’O.C.B.C. (Office Central de Lutte contre le Trafic des Biens Culturels) dirigé par le Colonel Lembert et son Directeur Adjoint le Commandant Darties.

Mars 2006 – Blanchiment d’argent

Convaincus que activités illicites et blanchiment d’argent sont liés, les autorités européennes et internationales affichent leurs préoccupations à l’encontre du blanchiment d’argent pouvant provenir d’activités criminelles et de trafic de stupéfiants.

Depuis plusieurs années de nombreuses initiatives ont été prises, à travers des directives européennes ou des textes de loi votés par nos députés. Ils instituent un certain nombre d’obligations pour tous les milieux bancaires et financiers.

Février 2006 – lnternet et le marché de l’art

Le parasitage de notre profession n’est pas seulement une affaire de vide-genier, dont la sortie du décret que nous espérons prochaine devrait logiquement en réduire la nuisance. C’est aussi une affaire de copies, de contrefaçons, et maintenant d’achats-ventes sur internet. Au placard les prospectus, au grenier les formules de petites annonces, au rayon des archives cette trame relationnelle qui nous permettait d’élargir notre horizon au-delà du quartier et même de la région.

Janvier 2006 – À chacun son rôle

Mes Chers Collègues, je vais tenter de répondre aux interrogations que m’ont exprimées quelques uns d’entre vous à propos d’articles vitriolés que le directeur « d’Antiquités Info » laisse complaisamment distiller dans ses colonnes à l’encontre du SNCAO.

Vous êtes nombreux à désapprouver cette méthode. Elle n’honore pas leurs auteurs même si son impact est insignifiant sur la sensibilité des professionnels.