Décembre 2013 – Le fruit de la passion

Les projecteurs aveuglément insensibles demeurent obstinément braqués sur les ventes records, ils laissent dans l’ombre le très diversifié marché de l’art, alors que l’esquisse d’un léger saupoudrage médiatique pourrait s’avérer au moins aussi profitable car il s’adresserait à un bien plus large public.

Records hors de portée, haut de gamme inaccessible, réservés à une élite fortunée : voilà tout ce qui, en réalité, peut donner à penser que seule l’information sur fond de culture business permet de maintenir en alerte la curiosité et l’intérêt de ce que la planète compte de moins partageur.

Il s’agit d’un effet de loupe qui tend à laisser penser que le marché de l’art est composé essentiellement de quelques bons « coups de marteau ».

Novembre 2013 – Histoire d’en parler

Bien des styles aux caractéristiques singulières ont été portés aux pinacles des modes historiques.

Ce que l’on sait du roman ne change rien à la réalité des églises et la construction des cathédrales.

Puis, ce que l’on nous dit du mode de vie itinérant de la population dominante a favorisé l’éclosion du meuble polyvalent mais n’a pas, pour autant, empêché l’apparition, l’épanouissement et le flamboyant du gothique.

De même que les intérieurs s’aménagent et stimulent l’insatiable besoin décoratif des ornemanistes de la Renaissance.

Octobre 2013 – Droits et obligations du marchand

L’objectif du SNCAO-GA est de convaincre les marchands de le rejoindre. Le poids du nombre est un facteur d’écoute appréciable auprès des pouvoirs publics.

L’actualité nous conduit parfois à tenter d’atténuer quelques différends ou incompréhensions chroniques générées par certains contrôles effectués à l’encontre de notre secteur d’activité.

Nous avons un métier à risques, dit-on !

Août/Septembre 2013 – L’intérêt pour l’art contemporain

Par définition l’art contemporain est de notre époque, même si l’art moderne lui dispute la période qui nous est la plus proche.

L’art actuel est à la mode et on constate qu’en France de nouveaux acheteurs s’intéressent aux artistes d’aujourd’hui.

A l’esprit des collectionneurs curieux et avisés se mêle d’une certaine manière le besoin de prouver qu’ils appartiennent culturellement à leur époque.

Alors que la patine rassure le marchand d’art ancien, ici c’est le filtre du temps qui n’a pas encore fait tout son travail.

Allocution prononcée par M. Gomez lors de l’Assemblée Générale du jeudi 23 mai 2013 à la Mairie du 9ème arrondissement de Paris

Nous continuons d’être imprégnés de notre exception culturelle et nous sommes convaincus de mériter une attention particulière. Notre marché constitue :

Un enjeu social soutenu par 15.000 professionnels – 60.000 emplois directs et induits.
Un enjeu économique (4 milliards d’euros de chiffre d’affaires : 2,2 pour le commerce indépendant et 1,8 pour les ventes aux enchères).
Un enjeu culturel et politique :

– Culturel car il conditionne largement la place de nos goûts de vie dans la société.

– Politique enfin dans la mesure où le rayonnement culturel est un des facteurs essentiels de l’influence, de la marque et d’une certaine affirmation de notre identité.

Mai 2013 – En Mai, peut-on faire tout ce qui nous plaît ?

La conjoncture peu propice aux affaires nous accorde en revanche la pôle position concernant les diverses sollicitations contributives auxquelles nous expose notre statut d’acteur de l’économie française.

Voici le rappel de quelques dossiers. Il invite le SNCAO-GA à maintenir toute son attention.

Avril 2013 – Votre Conseil d’Administration

Dans notre bulletin de Mars, je faisais appel à votre vigilance. Il s’agissait d’un message fort destiné à capter votre prudente attention à propos des élections annuelles de notre Syndicat National.

Mon souci majeur est que nous sachions nous entourer de certaines dispositions destinées à préserver la structure dirigeante constituée par le C.A.

Le profil souhaitable d’un candidat s’apprécie : 

pour partie en fonction de son expérience professionnelle, sans laquelle son implication serait trop superficielle,
par rapport à ses qualités relationnelles les plus élémentaires impliquant sans ostentation particulière le respect de l’autre,
puis, sans qu’il soit nécessaire de forcer sa nature, être imprégné de la fibre associative laissant présager ses meilleures dispositions d’administrateur, solidaire et responsable,
la personnalité de chacun sera d’autant plus respectable qu’il sera lui-même respectueux d’une certaine éthique.

Mars 2013 – Vigilance !

Ce qui, une fois de plus en cette période de l’année, est de nature à retenir notre attention de professionnel adhérent, c’est la place et l’avenir du SNCAO-GA.

C’est également la qualité représentative et l’exigence morale dont doit être imprégné chaque administrateur, qu’il soit en poste ou qu’il postule.

A défaut d’être porteur de ces vertus fondamentales, il me paraîtrait pour le moins incongru de souhaiter occuper une fonction dont la première règle qui s’impose est la protection des intérêts moraux collectifs et individuels des professionnels.

Février 2013 – Vrai ou faux

L’histoire du marché de l’art est ainsi faite ; elle est une science à l’exactitude très relative où les pièges et les surprises, bonnes ou mauvaises, abondent.

La certification de l’authenticité d’une création dépend trop souvent d’autorités auto-proclamées auréolées de titres flatteurs où contre toute logique le savoir n’est pas toujours le seul référencement.

Le très haut de gamme, les œuvres maîtresses accrochées aux prestigieuses cimaises, les pièces de musée, ne sont pas les moins exposés aux expertises incertaines ou douteuses, là où l’on pourrait précisément attendre un diagnostic sans faille, sous couvert des moyens les plus sophistiqués mis en œuvre… d’art bien entendu !

Janvier 2013 – Avons-nous encore l’ART… de plaire

Au début des années 60, la France occupait encore la 1ère place du marché mondial de l’art.

Si par la suite, la Grande-Bretagne en Europe et les USA dans le monde nous ont ravi cette pôle-position, nous avons continué cependant d’occuper une place très enviée jusqu’au début des années 2000.

Notre pays dispose d’atouts importants :

Nous sommes un haut lieu du tourisme international.
Nous possédons un immense patrimoine culturel, nous étions détenteur du grenier le plus convoité dans le monde.
Nous sommes le pays du luxe et de l’art de vivre où notre sens créatif a accompagné toute notre histoire.