Cette idée émise par le Conseil d’Administration au début des années 2000 n’est pas le fruit d’une fantaisie passagère mais au contraire la marque d’une réflexion très responsable destinée à anticiper sur un avenir professionnel que l’évolution actuelle rendra inévitable.

De nouvelles exigences du marché de l’Art ainsi qu’un environnement très perturbateur nous imposent de préserver dès maintenant notre activité professionnelle de toutes les indélicatesses qui viennent ternir les saines intentions des amoureux de ce métier.

Notre conviction prend en compte de nombreux critères de ce métier tels que :

– l’exportation, la mondialisation et la protection du patrimoine,

– la responsabilité du marchand et le respect du client,

– mais aussi la confusion souvent volontairement entretenue par les adeptes des vide-greniers, du commerce illicite et de nombreux marginaux.

Il me semble que le temps est venu pour nous de proposer une réelle formation afin de renforcer notre crédibilité et atténuer les difficultés que nous rencontrons dans la conduite de notre activité.

La profession d’antiquaire-brocanteur-galeriste n’affiche à ce jour aucun diplôme d’Etat. Seules des écoles privées payantes proposent un enseignement sur le marché de l’Art. Aussi prédominent à ce jour la formation familiale et l’expérience acquise sur plusieurs années de pratique.

Le SNCAO a procédé à de nombreuses consultations nationales, des entretiens avec le Ministère de l’Éducation Nationale, les Universitaires, pour finalement définir les contenus de notre enseignement spécifique et accessible à tous.

Nous espérons que dans un avenir proche, nous serons en situation d’annoncer aux jeunes l’homologation des examens d’Etat suivant : un BEP – un Bac Pro et un Deug.

Pour l’instant, un partenariat établi avec l’Université de Marne-la-Vallée, Olivier de Serres et votre Syndicat a conduit à la création en 2003 puis à l’habilitation de la licence professionnelle Antiquaire, Brocanteur, Galeriste, de niveau Bac III.

Le 13 Décembre 2004, le Conseil d’Administration a accueilli dans les salons du SNCAO et en présence d’un nombreux public, de Jean Bedel et Jacques Fingerhut :

– les représentants des établissements cités plus haut,

– et les récipiendaires de la première génération de licences du marché de l’Art.

La remise officielle de ces diplômes fût volontairement empreinte d’un lien de solennité, en raison de son caractère novateur, de notre espoir de voir ce projet être repris dans d’autres Universités, puis son adoption à tous niveaux par le Ministère de l’Éducation Nationale.

Je tiens à rendre hommage à Josette et Jean-Pierre Artaud pour la maîtrise et la compétence avec laquelle ils ont accompagné ce dossier et pour lequel il reste encore beaucoup à faire.

Et enfin, vous dire à tous mes Chers Collègues, que nous soyons bacheliers ou pas, quel que soit le niveau, la durée de notre activité et la spécialité dans laquelle nous pratiquons, nos compétences respectives seront bien entendu reconnues par une validation des acquis.

Michel GOMEZ,

Partager :