Chers Collègues,

L’année 2016 est terminée, vive 2017 !

Je voudrais en ces premiers jours de janvier vous souhaiter une bonne et heureuse année, sur le plan santé tout d’abord car sans la santé rien n’est possible, sur le plan des affaires ensuite je vous souhaite de réussir dans toutes vos entreprises.

Il nous faut à présent revoir complètement notre façon de travailler. Les affaires ne sont pas forcément moins bonnes mais elles se réalisent différemment, à nous de nous adapter à cette nouvelle donne. Nous devons constamment nous remettre en question. Le monde bouge, nous voilà à présent dans le XXIe siècle, il est nécessaire de capter cette jeune génération qui ne se meuble plus de la même façon que nos aînés, recherche davantage des meubles, des peintures, des objets de décoration. Bien sûr, il y aura toujours le coup de cœur, mais leurs achats sont plus réfléchis. A nous de les faire rêver, de leur donner davantage d’explications sur telle ou telle chose. Enfin, il faut savoir que nos jeunes ont des moyens de recherche que nous n’avions pas à l’époque.

Aujourd’hui, les salons que l’on croit en voie de régression sont au contraire des centres d’intérêt indispensables pour notre activité à condition que les différents organisateurs comprennent que nous ne sommes plus au XXe siècle où l’on pouvait augmenter le prix des stands tous les ans, demander des acomptes encaissables très vite. Nous vivons une époque, tous commerces confondus, où il faut être prudent car la trésorerie n’est pas extensible.

Notre combat au sein du SNCAO-GA sera dans l’année à venir de discuter avec les différents organisateurs de salons, pour leur dire qu’il n’est plus possible de pratiquer de tels tarifs, qu’ils vont droit dans le mur.

Nous allons étudier avec l’aide de nos présidents départementaux la possibilité de nous prendre en charge et d’organiser nous-mêmes nos propres salons, c’est déjà le cas dans certaines régions et ça marche.

Nous sommes capables de le réaliser, il suffit d’en avoir la volonté et ça je suis persuadé que nous l’avons.

Enfin, en écoutant les réflexions de nos brocanteurs et antiquaires dans les différentes régions et départements, je m’aperçois qu’il y a une grande attente. A nous de prendre en compte toutes ces remarques, nous sommes tous des passionnés prêts à collaborer ensemble. A nous de proposer des solutions, ce qui va être notre cheval de bataille en cette année 2017.

Bien amicalement,

Jean NOWICKI

Président du SNCAO-GA

Partager :