Présenté par la Secrétaire Générale Claudette PICARD

 

Chères Consoeurs, Chers Confrères,

 

Nous avons dû avancer la date de l’Assemblée Générale au 3 avril en raison des élections présidentielles qui ne nous ont pas permis de maintenir nos dates habituelles pour cette année.

Ce rapport moral est l’occasion de faire le point sur les actions qui ont été entreprises par le Syndicat pendant l’année 2011 et sur l’évolution des dossiers sur lesquels nous avons travaillé.

Cette année a été marquée par l’aboutissement de la proposition de loi de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, votée le 20 juillet 2011. Les opérateurs de ventes aux enchères ont obtenu la possibilité de pratiquer des ventes de gré à gré sans limitation, en plus de leur activité traditionnelle d’organisation des ventes aux enchères. Cette demande, suscitée par Christie’s et Sotheby’s, a été soutenue par le Ministère de la Culture au détriment de l’activité des professionnels du commerce indépendant.

Les démarches du SNCAO-GA ont été multiples depuis la fin de l’année 2009, lors de l’adoption de la proposition de loi par le Sénat en première lecture, jusqu’à l’été 2011 :

  • Parution d’un communiqué dans Le Figaro ;
  • Nombreux entretiens de M. Gomez auprès des personnalités politiques (ministres, directeurs de cabinet, sénateurs…) ;
  • Envois renouvelés de courriers aux 577 députés pour leur manifester notre opposition à ces dispositions.

 

Les Présidents départementaux et Membres correspondants ont également pris contact, dans leurs départements, avec leurs députés respectifs pour les sensibiliser aux préoccupations de la profession. Nous avons d’ailleurs reçu le soutien de plusieurs d’entre eux. Le Syndicat était aussi associé aux actions menées dans le cadre du Comité de Liaison du Marché de l’Art, qui regroupe les principales organisations professionnelles (hors commissaires-priseurs). Ces dispositions concernant l’ouverture totale des ventes de gré à gré aux sociétés de ventes volontaires s’appliquent en effet au détriment de tous les professionnels du commerce indépendant, quelque soit leur spécialité (antiquaires, brocanteurs, galeristes mais aussi libraires, numismates ou professionnels de la philatélie…).

S’il est regrettable de constater que, d’une manière générale, les commissaires-priseurs jouissent auprès du grand public d’une aura qui est sans commune mesure avec la part d’activité qu’ils représentent au sein du marché de l’art proportionnellement aux marchands, les choses ne sont pas cependant gravées dans le marbre. Aussi, durant cette année 2011, le Syndicat a mis l’accent sur la communication :

  • En début d’année, nous avons finalisé le dossier de presse destiné à présenter l’action du Syndicat auprès des journalistes et des médias.
  • En fin d’année, après la rédaction d’un cahier des charges très élaboré, un appel d’offres a été lancé pour rechercher un agent de communication qui sera amené à intervenir spécifiquement au niveau de la communication syndicale. Cette recherche vient d’aboutir tout récemment.

 

Afin d’apporter à nos adhérents un service supplémentaire lié au développement des nouvelles technologies et surtout d’Internet, qui devient pour les marchands une vitrine presque incontournable, un nouveau service a été mis en place pour leur permettre d’insérer sur le site syndical trois annonces d’objets proposés à la vente (le visiteur peut ainsi se connecter directement sur le site du vendeur). Ce service, réservé aux adhérents, leur permet d’avoir une meilleure visibilité auprès des internautes. Par ailleurs, le Syndicat continue d’être mobilisé concernant toutes les questions relatives au commerce en ligne. Le problème du relevé de l’identité des vendeurs lors d’achats effectués en ligne par des marchands a été évoqué à l’occasion d’une réunion, en Septembre dernier, du Comité d’Ethique des organisateurs de Foires, Salons, Déballages nationaux et internationaux d’Antiquités et de Brocante, à laquelle ont participé des représentants de la Gendarmerie. Ces derniers ont indiqué qu’il convenait, lors d’achats sur Internet et en cas de refus du vendeur de communiquer ses coordonnées d’identité, d’inscrire au minimum sur le registre de police les indications suivantes : le nom du site internet qui a servi de support à la mise en relation du vendeur et de l’acheteur, la date de l’achat et le pseudonyme du vendeur. A partir de ce pseudonyme, les autorités peuvent obtenir auprès du site internet en question l’identité du vendeur concerné.

Au cours de cette réunion du Comité d’Ethique ont également été évoqués les copies, les contrefaçons, le registre de police, la réglementation sur les paiements en espèces (également rappelée lors d’une réunion avec un représentant de TRACFIN en décembre), l’étiquetage des prix, les experts, l’évolution des goûts et des tendances, le vintage, la zoologie et les collections animales pour lesquelles sont appliquées des dispositions particulières liées à la Convention de Washington.

Cette rencontre a été l’occasion d’exposer l’intérêt que représente pour les organisateurs de manifestations la demande d’attribution du Label. Cette marque de qualité, créée par le Syndicat en 1994 et déposée à l’INPI et à l’Organisation Mondiale de la Propriété Industrielle à Genève, distingue les manifestations les plus sérieuses. Il existe différentes catégories de manifestations auxquelles sont associés des critères spécifiques. Le Label se porte bien avec plus de cinquante manifestations actives labellisées.

De son côté, la Foire de Chatou tire son épingle du jeu malgré une conjoncture difficile et une météo capricieuse. Toujours attractive, elle permet à près de 55.000 visiteurs annuels de découvrir parmi les 800 stands installés sur l’Ile des Impressionnistes les dernières trouvailles de nos confrères. En début d’année, il a été décidé la mise en place d’une gestion automatisée des caisses. D’autre part, un dossier d’inscription pour les exposants a également été préparé. En Mars, nous avons eu l’honneur d’accueillir pour l’inauguration M. Gérard Larcher, Président du Sénat.

Le Syndicat a participé à de nombreuses rencontres tout au long de l’année 2011, notamment :

 

  • En janvier, à l’Assemblée Générale du Syndicat des Antiquaires, Brocanteurs et Galeries d’Art de Marseille et sa Région, qui fut l’occasion d’élire le nouveau Président M. Henri Parsi, remplaçant M. Bernard Scuoppo-Musso qui ne souhaitait pas renouveler son mandat.

 

  • En novembre, les membres du Conseil d’Administration ont rencontré les marchands de Toulouse et de la région, à l’occasion du 49e Salon des Antiquités et des Arts contemporains. Cette démarche inaugurait par ailleurs la reprise des réunions décentralisées du Conseil d’Administration.

 

  • En décembre, avec les associations, syndicats régionaux et jumelés. Cette réunion, à laquelle ont participé notamment les représentants du Syndicat Lorrain des Professionnels de l’Antiquité et de la Chambre Syndicale des Antiquaires et Brocanteurs de Bordeaux et de la Gironde, a permis de prendre la mesure des difficultés rencontrées par les marchands de l’avenue Georges Lafenestre du Marché aux Puces de la Porte de Vanves. Confrontés à des modifications de fonctionnement du marché auxquelles ils n’avaient pas été associés, ils ont été informés très tardivement et mis devant le fait accompli. Le SNCAO-GA a sollicité Mme Lyne Cohen-Solal, Adjointe au Maire de Paris, chargée du Commerce, de l’Artisanat, des Professions indépendantes et des Métiers d’Art, pour qu’elle intervienne sur ce dossier.

 

  • En décembre également, rencontre entre les membres des bureaux respectifs de la Compagnie d’Experts Français en Antiquités et du SNCAO-GA, pour évoquer les liens particuliers qui unissent les deux instances, la CEFA étant une émanation du SNCAO-GA. La Foire de Chatou a été évoquée et il a été convenu que des experts de la CEFA pourront accompagner et former sur l’Ile des Impressionnistes des candidats désireux d’intégrer cette Chambre d’Experts.

 

Le Syndicat a par ailleurs renouvelé son adhésion à la Confédération des Commerçants de France, présidée par M. Charles Melcer, qui rassemble les représentants de différents secteurs d’activité liés au commerce de proximité. Nous avons également bénéficié de la contribution gérée par l’Association Paritaire des Commerces de Détail Non Alimentaires.

Notre présence est toujours aussi régulière à l’Observatoire du marché de l’art et des mouvements des biens culturels, tandis que nous sommes représentés à la Maison des Artistes par nos deux administrateurs galeristes, M. Pierre-Hélen Grossi (qui siège à la Commission Professionnelle de la Maison des Artistes) et M. Jean-Paul Sourillan (qui siège au Conseil d’Administration de la Maison des Artistes).

Nos partenariats avec les Ecoles sont toujours aussi actifs, qu’il s’agisse de la Licence Professionnelle « Commerce de l’Art et des Antiquités » de Marne-la-Vallée, de l’IESA ou de l’EAC. La remise des diplômes aux étudiants de la Licence Professionnelle en décembre 2011 a été l’occasion d’offrir à la responsable de la formation, Mme Marie-Laure Perrin, la médaille d’Honneur du Syndicat. Mme Perrin est remplacée désormais par M. Xavier Chardeau.

Le Syndicat a été contraint de porter le montant de la cotisation pour 2012 à 160 € afin de pouvoir continuer d’apporter à ses adhérents le meilleur service possible.

L’Aide-Mémoire sera prochainement disponible.

Au Conseil d’Administration d’octobre, après en avoir délibéré et conformément aux Statuts et au Règlement Intérieur, l’un de nos administrateurs qui s’est autorisé des démarches contraires à la politique définie par le Syndicat, a été exclu. Aucun grief n’a été exprimé quant à sa fonction de Trésorier Général. Un nouveau Trésorier Général, M. Jean Nowicki, a donc été nommé par intérim, ainsi qu’un nouveau Secrétaire Général Adjoint, M. Hubert Lemasson.

Cette année, neuf candidats se présentent aux élections pour le renouvellement du collège Antiquaires-Brocanteurs du Conseil d’Administration, sachant que seuls six postes sont à pourvoir.

Nous leur souhaitons bonne chance.

Merci à tous.

 

Claudette PICARD

Secrétaire Générale du SNCAO-GA

 

Partager :